L’arbitraire et le bouc émissaire

 

Aucun texte alternatif disponible.

Après le désaccord puis le conflit, la crise est quand même l’étape supérieure de l’embrouille. La meilleure façon d’éviter la sortie de cette spirale est de désigner un bouc émissaire et essayer de livrer à la vindicte. ” Ve

nez voir comme il est méchant yeuch !!!!!
Facilité, lâcheté, mesquinerie quand tu nous tiens.

A Bangangté on dit ” ce qui était arrivé à l’avocatier arrivera aussi au prunier”

Comme c’est bien facile de jeter en pâture comme à une escouade de charognards, un coeur comateux à picorer. La foule parfois n’y comprenant rien s’y jette à coeur vaillant, ignorant bien évidemment les enjeux réels. Très souvent malheureusement la foule s’engouffre dans la détestation d’une cause qui défend pourtant ses propres intérêts. Lorsque ça se passe chez le voisin on se sent moins

concerné, on pense que c’est bien loin. Au lieu de s’unir à lui pour contenir l’incendie on ignore que lorsque sa case aura fini de brûler les flammes poursuivront leur course vers la nôtre.
Lorsque le voisin nettoie chez lui ç’est pour t’éviter d’avoir des rats chez toi aussi.
Ce qui fonctionne toujours bien c’est quand le frère devient ton ennemi. On découvre qu’on n’est en réalité pas né du même père, de la même mère, et ça, ça change tout n’est ce pas? Lorsque malheureusement on serait né du même père, de la même mère, il faut trouver quelque chose: pas né dans la mêm

e maternité, à la même heure, et puis le clan des grands, des petits, des gros, des minces etc… En effet il y a toujours un clivage possible.
Simplifier pour mépriser et surtout faire fi de la complexité des enjeux. Si la simple désignation du diable servait à régler le mal, cela se serait su bien longtemps très longtemps avant nous.
C’est comme dans cette Rivière de Crevettes, le vieux crocodile croulant envoie les homards régler à coups de refoulement et de dépeçage les difficultés des petites crevettes de l’amont qui n’ont plus de planctons. Le

s crevettes de l’aval se mêlent aussi à la chasse, ignorant qu’après viendra leur tour.

La question multiculturelle n’est pas une contemplation des différences emballées comme des cadeaux et installées dans une vitrine. C’est une prise en compte réelle des spécificités au sein d’un collectif. C’est prendre en compte en considération les aspirations des différents groupes. Traduire un texte ou enseigner une langue imposée n’est la preuve de rien.

Ce n’est pas une affaire de langue mon pauvre.
Lorsqu’un problème se pose avec récurrence c’est peut-être simplement parce qu’il n’a jamais été vraiment réglé. Il faut retourner aux sources; la désignation du bouc émissaire ne fera que compter les adversaires et préparer le prochain anniversaire .
NK 250117

Advertisements

GOODBYE Mr. OBAMA JE PENSE QUE JE NE VAIS PAS VOUS REGRETTER

o-BARACK-OBAMA-facebook.jpgJ’aurai pu et pourtant là, rien. Je suis complètement indifférent. En 2008 j’ai organiser une sauterie avec des gens très différents pour célébrer l’apparition de cet astre nouveau augurant une nouvelle lueur sur notre planète. Oh mon Dieu……
Mais je suis fair play. Ainsi j’éprouve de l’admiration pour votre réussite personnelle, avec votre femme, vos enfants mais je vais vous oublier tranquillement c’est à dire que je vais contenir ma colère.
J’espère que vos frères américains sont très fiers de vous. Tant mieux. Pour moi le compte n’ y est pas du tout.
M Obama j’ai été naïf de penser que le fait de recevoir un prix Nobel de la paix sans avoir fait quelque chose ferait quand même de vous un mec spécial.
M. Obama j’ai été doublement naïf de penser que le fait d’avoir un père kenyan pouvait par affection vous inspirer une meilleure politique africaine que vos prédécesseurs. Rassurez-moi que vous n’avez pas fait pire.
L’ Afrique n’a jamais été aussi désarticulée que ces dernières années. Entre l’aveuglement de nos vieux tyrans, vos batailles impérialistes, les manipulations de vos lobbies obscures et cerise sur le gâteau l’obscurantisme des illuminés de Dieu dont vous ou vos frères aviez généré et baptisé terroristes, l’ Afrique n’a pas fini de saigner. Voilà le vent d’espoir qu’on a vu se lever en 2008.
J’ai n’ai pas seulement été naïf mais bête de penser que vous pourriez être autre chose qu’un président américain.
C’est super, vous étiez un président cool, sympa: la dégaine, la démarche, le style, la “simplicité” toujours sous l’oeil des caméras. En effet la majorité des êtres humains sont plutôt des gens humbles cools et sympas; sans caméra.
Oui on a vu que votre femme était élégante, avait beaucoup de classe, c’est super mais…pour vous. Que vous soyez capable de pleurer….c’est cool mais je suis plus touché par les pleurs de ces gosses tentant de réveiller le cadavre de leurs parents au milieu du chaos organisé dans divers coins de la planète.
Vous aimiez danser parait-il mais mon attention a toujours été distraite par la danse des ombres funestes de réfugiés avec la détresse aux trousses à cause de vos choix politiques.
Vos aficionados oseront dire que vous avez fait de votre mieux?
En tout cas c’est notre faute d’avoir espéré.
M. Obama, vous étiez un président tellement cool, que la répression des lanceurs d’alerte a été féroce dans votre pays durant votre mandat. Eh oui vous avez été doublement plus sévère que tous vos prédécesseurs. Rappelons que le crime de ces gens-là, c’est juste d’avoir voulu sacrifier leur vie, leur carrière pour défendre la dignité humaine, pour dire que la considération qu’on doit porter à l’Homme devrait être au dessus des intérêts mercantiles. Vous avez été intraitable avec ceux qui souhaitaient simplement un monde plus juste.
C’est sûr que les séquences Obama show étaient toutes réussies. The great entertainment pendant que des justes crèvent en prison et que des personnes qui n’ont rien demandé voient leur quotidien transformé en scènes d’horreur à cause de vos guerres nocturnes.
Quand vous ne l’avez pas fait vous-même, votre silence coupable a servi à destabiliser des pays, à tuer de pauvres qui voulaient juste se lever un matin et se recoucher le soir, accomplissant paisiblement leur pèlerinage terrestre.
Oh comme c’est chouette la belle romance Michelle & Barack devant les cameras qui ne voyent pas pendant ce temps les pleurs moins glamours j’admets, du mari qui porte la dépouille éventrée de sa femme de l’autre côté de la rive.
Aurevoir M. Obama, c’est la fin du show, Merci de nous avoir ramené M. TRUMP le prédécesseur ayant toujours une part de responsabilité dans le choix de son successeur. Voilà votre héritier. Oh my God!!!!
Vous partez en laissant au pouvoir en Afrique des vieillards que vous avez trouvé. Gbagbo ou Khadafi, quelles réussites?
Dire qu’on y croyait à la suite de votre discours au Caire et votre visite au Ghana.

Goodbye M. Obama, c’est notre faute, on a juste été un peu trop bête.

PSYCHEDELIQUE de L’ESTHETIQUE

Capture d’écran 2017-01-09 à 23.43.15.pngCapture d’écran 2017-01-09 à 23.40.31.png16117282_10202740215824045_818555450_n.jpgCapture d’écran 2017-01-09 à 23.40.49.pngUnbenannt-1.pngCapture d’écran 2017-01-09 à 23.49.59.pngCapture d’écran 2017-01-09 à 23.43.54.pngL’ insatisfaction est-elle ainsi la fidèle compagne de l’ Homme? Ils se rencontrent probablement autour de l’adolescence et ne se quittent plus jusqu’à la mort. Elle pousse l’autre à parfois troquer même la perfection contre l’imperfection. Alors il en fait une nouvelle perfection peut-être pour sauver la face mais ça se voit trop que ça ne tient pas la route et le voilà malheureux, broyant du noir en silence.
C’est aussi un choix n’est ce pas? A Bangangté on dit: “on met sur la feuille de bananier, le chien balance par terre avant de manger”. Le bon Dieu là, il fera tout pour l’ humain mais ce ne sera pas toujours assez. Seule la mort règle le problème semblerait-il.
“Vivre n’est pas facile”
Il y a quelques jours, lorsque j’ai entendu cette phrase de la bouche d’une proche octogénaire, j’ai compris tout de suite que je venais d’entendre quelque chose de fondamental. J’ai demandé qu’elle répète parce qu’une octogénaire aussi austère, la vie tranquille, dévouée, dépouillée, pieuse, savourant l’instant présent, imperturbable depuis de si longues années que je la fréquente ne devrait pas avoir un telle analyse sur la vie.
Comment a-t-elle pu dire que “Vivre n’est pas facile”? J’ avoue que l’entendre de sa bouche de presque 90 ans m’a un peu fait peur. Je me suis dit: tu dois être insouciant ou ignorant, ou encore les deux et plus.
– Comment ça “vivre n’est pas facile”, que vous voulez vous dire?
– M’enfin, ajouta t elle de sa même voix calme, Vivre n’est pas facile parce qu’en réalité c’est difficile de jongler entre son DESIR et ce qui est APPROPRIE.
Puis, plus rien.
En effet la vieille dame dans sa discrétion légendaire ne voulait pas prendre la parole, ne sentant pas digne d’être la personne qui devrait dire la parole de conclusion d’un moment profond d’échange en groupe. On l’avait un peu forcé et voilà elle l’ a lâché timidement sauf que sa résonance est tranquillement tonitruante.
VIVRE N’EST PAS FACILE.
Probablement. Sinon comment peut-on se donner autant de peine à troquer le beau contre le laid ? Le pauvre mais encore plus le riche finalement, anonymes mais plus encore les célèbres, CEUX QU’ON CROYAIT AVOIR TOUT REUSSI…
NK

Un été consacré aux mariés

Après un été à rendre heureux des mariés dans mes habits de MC SHOW MASTER
Ma rentrée musicale est programmée le 20 SEPTEMBRE au RESERVOIR – PARIS
Donner et partager du bonheur partout, en toutes circonstances, changer de casquette….voir le sourire des personnes… J’aime ce job.

DSC_0124DSC_0206DSC_0197DSC_0231DSC_0234 Capture d’écran 2015-09-20 à 01.04.01Capture d’écran 2015-08-26 à 00.46.30Capture d’écran 2015-08-26 à 00.45.05 Capture d’écran 2015-08-26 à 00.44.08

CONCERT du 27/06/15: Une belle fin d’année. MERCI à tous

Confiance que rien n’entame
Oh oui, j’espère
Entre désespoir et espoir , j’ai fait mon choix.
Je préfère mourir d’espoir; que vaut la vie sans.
Je m’enivre d’espoir!
J’espère pour moi, pour toi, pour nous, pour eux.
Pour lui (elle) qui n’a plus la force d’espérer.
Oh oui J’espère
De cet espoir qui donne des ailes et rend la vie légère.
Au fait que perd t-on à espérer?

“En partant tu as emporté une part de moi
Je chante et danse pour plaire au temps
Que je supplie de me conduire à toi
Car je n’avais su que tu manquerais autant”.

Apaise mon coeur

Chaque jour pour moi est une merveille
Aux premiers rayons du soleil tout s’éveille
Mon coeur repart et bat d’une seule d’envie:
Savourer le mystère, la chance d’être en vie.
Je profite avec bonheur d’un quotidien gratuit
Qui fait de chaque seconde un précieux fruit
Tout s’orchestre si bien
Il ne manque presque rien
Sauf toi, j’ai soif de toi….

Do hear my voice Do you hear my song Stand by me.